Bertrand Badie : «Un coup d’État soft, à l’égyptienne»

Bertrand Badie : «Un coup d’État soft, à l’égyptienne»

INTERVIEW – Pour le spécialiste des relations internationales Bertrand Badie, il ne fait aucun doute qu’un coup d’État militaire a eu lieu mercredi, au Caire. Mais un coup d’État dans «le respect des formes», sans mesure de sécurité spectaculaire.

LE FIGARO – A-t-on assisté à un véritable coup d’État mercredi en Égypte?

Bertrand BADIE – Évidemment qu’il s’agit d’un coup d’État. L’histoire, qui nous en donne maints exemples, renvoie à une définition très simple qui est le renversement illégal d’un titulaire de l’autorité, que celle-ci ait été construite ou non dans la légalité. En l’espèce, c’est une autorité légale puisque le président Morsi a été élu. Donc nous sommes tout à fait dans cette logique de renversement par la force d’un pouvoir installé démocratiquement. Un coup d’État peut être civil ou militaire. En Égypte, nous avons eu un coup d’État militaire qui s’inscrit dans le droit-fil de l’histoire contemporaine du pays.

Avec une armée qui a remis le pouvoir aux civils?

La mode, qui s’est peu à peu imposée dans notre histoire contemporaine, veut que de «soft» coups d’État militaires aient remplacé des coups d’État plus durs. Les régimes putschistes y mettent désormais les formes, renonçant aux actions les plus spectaculaires comme jadis lorsque les aéroports étaient fermés, et l’armée occupait les points stratégiques des capitales, tout en interdisant aux populations de descendre dans la rue. Ces coups d’État «soft» doivent être acceptés par certaines fractions de l’opinion publique locale et surtout par la communauté internationale. Une rhétorique nouvelle les accompagne généralement lorsque le nouveau responsable militaire annonce la main sur le cœur qu’il y aura bien vite une élection présidentielle, avant de déclarer quelques mois plus tard que les circonstances, comme on dit, ne s’y prêtent guère. Il ne faut donc pas tirer de conclusions trop optimistes, ni de la rhétorique d’une promesse électorale tenue par les nouvelles autorités, ni de la composition d’une instance chargée la transition. Dans le cas égyptien, cette instance est d’ailleurs d’autant moins crédible qu’elle correspond très peu à la complexité du mouvement social qui se développe actuellement en Égypte, réunissant des partisans de l’ancien régime, des islamistes déçus, des islamistes extrémistes, des libéraux, des républicains et des individus sans engagement politique.

Pourquoi ce coup d’État embarrasse-t-il les États-Unis et l’Europe?

Les démocraties occidentales ne peuvent être qu’embarrassées. C’est une interruption claire et brutale du processus démocratique. Or le camp occidental a fait de la construction de la démocratie sa priorité. En Égypte, les États-Unis et l’Europe sont contraints de s’interroger sur une prise de pouvoir qui d’un côté les arrange, dans la mesure où les Frères musulmans n’ont pas leur confiance et que l’instabilité était croissante, mais qui de l’autre ne peut en aucun cas correspondre à leurs canons démocratiques. On s’en tire donc par des formules embarrassées comme celles que la France prononçait lorsqu’un de ses États clients en Afrique était visé par un putsch, mais qui en réalité arrangeait bien nos affaires. Et si on dresse un bilan depuis vingt ans, on s’aperçoit qu’il y a des processus démocratiques qui n’ont pas plu – la victoire des islamistes du Hamas palestinien en 2006 jamais reconnue par les Occidentaux – et des coups d’État militaires qui au contraire nous plaisent tout à fait. Comme si on se rapprochait progressivement d’une curieuse définition de la démocratie qui serait le régime politique qui

Par Georges Malbrunot,

Le Figaro

Publicités

Publié le 25 juillet 2013, dans Egypte. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :